L'aïkido

Maître Ueshiba

La naissance de l'AÏkido

La grande expérience martiale de Morihei Ueshiba ne cesse de s’enrichir dans cette première moitié du 20ème siècle, tant dans les arts du combat à mains nues que dans l’escrime traditionnelle.

Sa quête spirituelle est également permanente.

A force de comparer la sérénité de l’univers à l’agitation de l’humanité, il en vient à rechercher un autre but aux arts martiaux que la destruction des corps.

C’est ainsi qu’il va proposer une nouvelle voie, celle de la paix entre les hommes et de l’harmonie universelle.

L’année 1942 voit l’inauguration de son art véritable qu’il nomme Aïkido. Le maître se retire des grandes villes pour se réfugier à Iwama, dans la campagne japonaise.

En 1948, bien que les américains aient interdit toutes les pratiques martiales, ils autorisent la reprise de l’enseignement de l’aïkido, présenté et ressenti comme un art de la paix.


Art martial exempt de toute compétition et d’une profonde subtilité, il propose de diriger l’énergie d’une attaque pour la neutraliser, sans recourir à la force.

Les techniques, basées sur des mouvements circulaires dérivés de l’art du sabre japonais, se pratiquent à mains nues ou avec des armes en bois (sabre, bâton, couteau).

Shité (l’appliquant) et Uké (le recevant) développent progressivement la concentration et le relâchement des tensions musculaires et mentales, qui leur permettent de mieux se connaître tout en améliorant l’estime et la confiance en soi.



Pratiqué à tout âge, en respectant les capacités de chacun, l'Aïkido convient autant aux femmes qu’aux hommes.


Tous droits réservés - Il est interdit d'utiliser et télécharger les textes, les images et les vidéos du site sans demander notre autorisation